L'Ardèche

L'institution
Prix du 8 mars
Les lauréats du Prix du 8 mars
Share

Les lauréats du Prix du 8 mars

Pour cette première édition du Prix du 8 mars, initié par le Département de l’Ardèche et qui vise à accompagner financièrement des projets en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, cinq prix ont été décernés. Le premier à l’association Grains d'ici pour son journal « Odette and Co, rurales mais pas ringardes » et le second à l’association « Le slow tour » qui a pour ambition d’inspirer et de promouvoir des modes de vie responsables.

La loi n°2014-873 du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes prévoit que l’Etat, les collectivités territoriales et leurs établissements publics « mettent en œuvre une politique pour l’égalité entre les femmes et les hommes selon une approche intégrée » et évaluent « l’ensemble de leurs actions ». C’est dans ce cadre et au titre notamment du dernier point qu’a été mis en place le dispositif « Prix du 8 mars ».

L’ensemble des projets présentés- soit 5- étaient de valeur, en phase avec le critère prédominant de l’appel à projets et le plus souvent innovants et ambitieux. Le jury[1], présidé par Martine Finiels, première femme élue au Département de l’Ardèche en 2008 (rejointe ensuite par Laëtitia Serre puis en 2015 par 16 autres conseillères départementales), s’est réuni le 1er mars pour étudier les candidatures et proposer une sélection et les dotations dans le cadre d’une enveloppe dédiée de 12 000 €.

DEUX LAUREAT-E-S

Le premier prix (7 000 €) revient à l’association « Grains d'ici » et dénommé « Des médias positifs pour et par les femmes en Ardèche : Odette and Co, rurales mais pas ringardes ».

Depuis 2010, l'association Grains d'ici mène des actions où les femmes sont auteures et actrices de leur changement et avec la volonté de changer l'image des femmes rurales françaises et surtout en termes de création d'activités et d’emploi (ex : création du magazine Odette and Co, rurales mais pas ringardes).

En 8 ans, l’association a permis à plus de 60 femmes de retrouver le chemin de l'emploi avec de vrais projets professionnels en adéquation avec leurs envies et adaptés à un territoire qu'elles ont redécouvert positivement. Elle a souhaité élargir son horizon en partant à la recherche de partenaires nationaux et européens. L'université de Grenoble et deux partenaires européens se sont associés à elle pour porter un projet Erasmus mobilité adulte à destination des femmes rurales. C'est sur une partie de ce projet - des médias positifs réalisés par et pour les femmes rurales d'Ardèche - que l’association dépose son dossier :

- Réalisation d'un PLI d’Odette (document sur un thème) autour de la parole des femmes rurales ;

- Réalisation de deux reportages sonores sur des femmes rurales qui bougent ;

- Réalisation d'un micro-trottoir autour des questions égalité femmes-hommes dans les ruralités ;

- Un temps de rencontre en juin et en octobre avec d'autres femmes rurales en Europe autour de l’entrepreneuriat collectif.

Ces actions sont des projets qui permettent tout au long du processus de mise en œuvre de mobiliser des femmes dans leur projet d’insertion professionnelle et de reconnaissance de leurs talents, de leurs compétences et du fait qu’elles ont les mêmes droits que les hommes.

Le second (5000 €) revient au projet porté par l’association « Le slow tour » et qui porte le même nom.

Il a pour ambition d’inspirer et de promouvoir des modes de vie responsables. Comment : en démocratisant les innovations sociales et environnementales, afin d'atteindre le grand public et révéler la nécessité de changer les façons de consommer. L’association va entreprendre un tour d'Europe de 5 mois pour partir à la rencontre d'entrepreneur.e.s qui répondent aux besoins sociaux et environnementaux et qui sont porteurs d’innovations.