L'Ardèche

L'institution
Le budget
Solidarités
Share

Solidarités

Le Département de l’Ardèche a mis la proximité au cœur de son action pour les solidarités. L’apparition, au cours de l’année 2020, des notions de “distanciation physique” et de “distanciation sociale”, nécessaires pour la préservation de la santé de tous, a mis en défi cette ambition de proximité. Elle a présenté une réalité toute différente, limitant les déplacements, les rencontres, les échanges directs. Les évènements de 2020 ont également augmenté les risques de précarisation en Ardèche. La crise économique et sociale touche l’ensemble du territoire et cette conjoncture limite autant l’insertion par l’activité professionnelle qu’elle augmente le risque de précarisation des ménages. L’année 2021 s’ouvre ainsi sur de nombreux défis de long terme : le maintien de la proximité aux usagers pour leur offrir un service public toujours meilleur et en lien avec les nombreux partenaires du social ; la lutte contre la précarité en offrant des solutions concrètes et adaptées, en refusant l’idée que la précarité puisse être durable ou définitive mais en travaillant à la transformer en une étape du parcours ; l’inscription dans le défi global de la transition écologique et solidaire. En 2021 le schéma des solidarités continuera d'être la pierre angulaire de l’action de la collectivité. L'approche transversale qui caractérise les cinq axes du schéma (agir le plus tôt possible, accueillir et informer, aller vers, accompagner, apprendre à travailler autrement) garantit une appréhension globale de la politique de solidarité.

Les transformations, les expérimentations, les changements de pratiques, les innovations proposées permettent aux Ardéchois de bénéficier d'un service public départemental moderne et à l'écoute de leurs besoins réels pour un territoire toujours plus solidaire.

La prévention : le premier levier d’une politique santé

Le Département a choisi de s’engager dans la stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance, une dynamique nationale ambitieuse formalisée par un contrat Etat-Département. Le Département va donc renforcer l’accès à la prévention en santé de tous les enfants et améliorer la situation des enfants protégés au titre de la protection de l’enfance.

Cette stratégie est articulée autour de deux grands axes :

La prévention primaire en santé au travers de la protection maternelle infantile (PMI). Notamment la prévention en faveur des familles et des enfants en doublant le nombre de consultations de PMI d’ici 2023, en maintenant la réalisation des bilans de santé en écoles maternelles à 3-4 ans, en doublant le nombre d’enfants suivis issus de familles vulnérables, dans une logique de prévention et d’égalité des chances. Mais aussi la prévention en direction des femmes enceintes en doublant le nombre des entretiens prénataux précoces et les visites à domicile « grossesse et nouveau-nés ». Un effort particulier sera réalisé pour sensibiliser à l’impact de l’usage des écrans pour les enfants

  • La sécurisation du parcours de l’enfant dans les dispositifs de protection de l’enfance

Les actions développées dans ce cadre permettront de mobiliser 1 M€ de l’Etat en regard de la même somme investie par le Département pour développer les objectifs d’amélioration et de rapprochement des besoins identifiés dans le cadre de ce contrat.

Réduire la fracture numérique : le dispositif Pass numérique

La généralisation des démarches en ligne et le recours au numérique ont été incontestablement accélérés avec l’épidémie de Covid-19 mettant en évidence une dépendance croissante envers les services numériques et exacerbant davantage la situation déjà très délicate dans laquelle se trouvait la population déconnectée. La démarche engagée par le Département vise à accompagner vers l’autonomie numérique les publics qui en sont éloignés en développant l’offre de formation aux outils numériques des publics vulnérables et en adaptant le travail social aux nouvelles pratiques engendrées par le numérique.

Pour cela, le Département développe en 2021 le Pass’numérique (chéquier pour 5 à 40 heures de formation au numérique)en direction des personnes les plus éloignées du numérique, en s’appuyant sur un réseau de partenaires prescripteurs. En outre, le Département instituera un label départemental"Point d'accueil Pass numérique Ardèche" pour donner davantage de visibilité aux acteurs de l’inclusion numérique (basé sur lesvaleurs, l’accessibilité, et la qualité du service). Pour accompagner cette démarche, un réseau d’aidants numériques bénévoles qui prendront en charge les « premiers pas numériques » des publics en difficulté (réseau d’accompagnement ponctuel de proximité qui pourra notamment être adossé au réseau des bénévoles intervenant dans les bibliothèques) sera aussi constitué. Enfin, le département souhaite promouvoir une gouvernance partagée de l’inclusion numérique avec toutes les parties prenantes publiques (Etat, organismes sociaux, collectivités…) mais aussi privées (associations, fournisseurs de services à la population, porteurs d’innovation…). Elle doit permettre de mettre en synergie les fonds publics et les ressources privées.

Offrir toutes les chances d’insertion des bénéficiaires du Rsa

Les grands axes de travail mis en œuvre sur la période 2021-2025 sont présentés dans le Programme départemental de l’insertion (PDI). Ce programme vise à fluidifier l'entrée dans le dispositif, articuler accompagnement social et vers l'emploi, renforcer le lien à l'entreprise et articuler capacités des personnes, et pouvoir d’agir.

Afin de faire face à l’entrée massive de nouvelles personnes au RSA, et face à l’enjeu du plan de lutte contre la pauvreté, le Département s’engage à orienter les nouvelles personnes au RSA dans un délai d’un mois à compter de leur ouverture de droits.

Au-delà de l’accompagnement dont bénéficie chaque personne au RSA, le Département va déployer de nouvelles actions d’insertion, permettant de dynamiser le parcours des personnes, sur le volet social et professionnel ; pour cela des actions seront mises en œuvre sur le volet social et santé, santé et dépendances, le développement de l’accès au numérique pour les personnes les plus fragiles (formation, pass numérique, reconditionnement des outils, accès à la télémédecine…). De même sur le volet emploi, le Département promouvra les métiers en tension, et notamment l’aide à la personne ; la possibilité de recourir aux contrats aidés dans le secteur marchand sera réaffirmée afin de permettre aux entreprises de bénéficier de cette aide et ainsi développer cet outil en Ardèche.

Par ailleurs, la mise en place d’un futur service public de l’insertion : réseau partenarial assurant une meilleure lisibilité, cohérence et efficacité de l’accompagnement des personnes en recherche d’emploi sera mise en œuvre.